Historique des techniques énergétiques

Pour les curieux et curieuses qui me demandent des explications car on veut tout comprendre dans notre société occidentale rationaliste, je vous offre, de la part de mon amie Sophie Merle (http://www.sophiemerle.com/) un « petit cours d’histoire sur les origines et le développement ces derniers quarante ans de la Psychologie énergétique »

La Psychologie énergétique prend sa source dans les années soixante auprès du Dr. George Goodheart, chiropracteur à Détroit dans le Michigan, et père fondateur de la “Kinésiologie appliquée” (où le corps répond par test musculaire aux questions qu’on lui pose), et procède du profond sens de l’innovation de cet homme de génie qui s’intéressait aussi à l’acupuncture chinoise qu’il pratiquait pour soulager ses patients de leurs douleurs physiques.

Selon les données ancestrales de l’acupuncture (datant d’au moins cinq mille ans), notre corps est parcouru de 14 canaux principaux (nommés méridiens) à travers lesquels l’énergie vitale circule pour nous maintenir en parfaite santé. Survient une déficience, le flot perturbé de l’énergie est corrigé au moyen de fines aiguilles insérées en certains points précis le long des méridiens.

Le Dr. Goodheart s’est cependant rendu compte que l’utilisation d’aiguilles n’était en fait pas nécessaire et qu’il obtenait les mêmes résultats en frappant simplement les points des méridiens du bout des doigts. Une découverte majeure qu’allait améliorer un docteur australien du nom de John Diamond, premier à incorporer la psychologie au procédé par l’utilisation d’une affirmation au moment du “tapping”.

Mais il manquait encore quelque chose au traitement, une faille comblée un peu plus tard par le Dr. Roger Callahan, un psychologue américain spécialisé dans le traitement des phobies et autres désordres de l’anxiété. Il s’est aperçu que si l’on se concentrait sur une émotion négative en même temps que l’on frappait sur les points d’acupuncture tout en verbalisant les tenants du problème, que cette triple action faisait disparaître la détresse émotionnelle ou du moins la réduisait considérablement. “La Technique Callahan” venait de naître (devenue plus tard “Thought Field Therapy-TFT”), et a été immédiatement embrassée par des professionnels de la santé mentale résolument d’avant garde, entre-autres Gary Craig (créateur de EFT) et le Dr.Larry Nims (créateur de BSFF).

D’une très grande complexité d’utilisation à cause d’une multitude d’algorithmes différents (séries de points différents à frapper selon le problème en traitement décidés par test musculaire), Gary Craig très vite simplifie TFTen créant EFT-Emotional Freedom Techniques, permettant à tout un chacun de bénéficier d’une pratique facile du tapping.

De son côté et prenant une direction opposée, le Dr. Larry Phillip NIMS créait Be Set Free Fast- BSFF, proclamant que le réseau des méridiens du corps ne joue aucun rôle déterminant sur l’apparition des problèmes et qu’il ne prend aucune part active dans leur élimination. Dans l’optique de BSFF, c’est l’esprit inconscient et surtout les programmes qu’il a engrangé, qui est une force majeure dans l’établissement et le maintien des problèmes, et par conséquent, le mécanisme par lequel il est possible de les éliminer. Ainsi, plus de “tapping” dans la pratique de BSFF, mais l’utilisation d’un mot particulier que l’on choisit soi-même, et qui va immédiatement mettre en mouvement notre fabuleux mécanisme inné de libération des programmes inconscients qui nous limitent dans l’existence.

Cependant, la technique énergétique du Dr.Nims, aussi simplifiée soit-elle, n’en reste pas moins réservée à ceux qui possèdent une excellente connaissance du test musculaire car sa pratique est inclue dans chaque étape de BSFF, posant un sérieux handicap aux individus qui ne savent pas comment s’en servir. Une difficulté maintenant supprimée avec le procédé ZENSIGHT de Carol Ann Rowland, psychothérapeute spécialisée dans le traitement des traumatismes émotionnels.

Et voilà, merci Sophie, et maintenant allez sur son site et sur celui de Marie-Odile Brus (http://sophromob.over-blog.com/) pour pratiquer et cesser de se poser des questions au lieu de se faire du bien.

le Bagua

Le secret du feng shui c’est simplement installer une énergie saine dans votre intérieur. Ca commence par un grand rangement car le Chi (énergie) va devoir circuler en toute liberté et s’il se heurte à des encombrements (linge sale qui traîne, piles de livres et documents un peu partout, vaisselle empilée…) il va stagner et installer alors un climat improductif, négatif, qui va déteindre sur les habitants de la maison. La poussière et la saleté repoussent aussi le Chi, donc nettoyer et ranger en premier lieu…
Après avoir choisi les couleurs (cf. capsule précédente) qui vous conviennent le mieux, il peut être utile de chercher, sur le Bagua, si elles conviennent au secteur indiqué. Pour cela, et pour l’aménagement et la décoration à venir, on utilise donc le Bagua ou Pa Kua, il n’existe pas de terme français à ma connaissance pour définir ce diagramme.

On va y retrouver les énergies associées aux 8 directions. Le bagua est positionné sur le plan de sa maison, une fois trouvé le centre, et on y repère alors les huit secteurs et les huit directions.
Dans la mesure où c’est l’installation d’une circulation saine de l’énergie qui est importante, pour faciliter le placement du bagua sur le plan, les appartements québécois étant souvent construits en longueur et très étroits, le bagua octogonal peut être transformé en carré ou rectangle. On va donc y retrouver 9 secteurs, le centre devenant une zone à envisager comme le coeur de la maison.

L’entrée de la maison (la bouche du Chi) est toujours choisie comme base de départ de l’installation de l’énergie, on peut décider d’y placer le secteur de la carrière, même si le Nord ne correspond pas comme direction dans l’espace.
C’est une convention occidentale, plus facile à installer pour nous et que l’on peut reproduire dès l’entrée dans n’importe quelle pièce pour y reproduire le bagua.
Les pièces étant colorées, il est temps d’y positionner les meubles en choisissant les matériaux adéquats et de décorer chaque pièce en essayant d’y installer un équilibre entre les cinq éléments (j’en parlerai plus tard).
Une foule de conseils fourmillent sur internet et dans de nombreux livres spécialisés, prenez ce qui vous convient, agencez à votre goût avant tout en essayant de vous conformer au plus près aux recommandations feng shui mais surtout écoutez vos envies et voyez si vous vous sentez bien dans votre aménagement, ce sera cela l’indicateur, faites confiance à votre ressenti avant toute chose.
Bonne installation !

eft

EFT et Ho’oponopono

Un protocole EFT combiné à la pratique Ho’oponopono, voilà qui devrait vous inciter à aller vous renseigner. On peut le trouver sur le site de mon amie Sophie, mais je l’ai adapté à mon image ; explications : je n’aime pas le mot désolée (en langue des oiseaux : des os laids, bouahhhh), je n’aime pas non plus : je m’excuse, donc c’est devenu : excuse moi.
Chacun doit pouvoir adapter les protocoles des techniques énergétiques à ses besoins, mes deux amies les plus douées, à mon avis, à ce sujet ne me contrediront sûrement pas : Sophie, ci-dessus citée, et Marie-Odile. Alors, cherchez, lisez, adaptez et soyez vous-même avant tout.

EFT et Ho’oponopono

Ce protocole qui rassemble EFT et Ho’oponopono nous est proposé par Brad Yates www.bradyates.com dont vous pouvez voir une vidéo (en anglais) sur YouTube

Sourcil : Excuse moi … Continuez à stimuler le point quelques secondes encore.
Coin de l’oeil : je te demande pardon … Continuez à stimuler le point quelques secondes encore.
Sous l’oeil : Merci … Continuez à stimuler le point quelques secondes encore.
Sous le nez : Je t’aime … Continuez à stimuler le point quelques secondes encore.
Creux du menton : Excuse moi … Continuez à stimuler le point quelques secondes encore.
Clavicule : Je te demande pardon…. Continuez à stimuler le point quelques secondes encore.
Sous le bras : Merci … Continuez à stimuler le point quelques secondes encore.
Dessus de la tête : Je t’aime … Continuez à stimuler le point quelques secondes encore.

Sourcil : Merci pour les bienfaits que je possède déjà … Continuez à stimuler le point quelques secondes encore.
Coin de l’oeil : Merci pour les bienfaits que je reçois encore … Continuez à stimuler le point quelques secondes encore.
Sous l’oeil : Merci pour les bienfaits que je possède déjà … Continuez à stimuler le point quelques secondes encore.
Sous le nez : Merci pour les bienfaits que je reçois encore … Continuez à stimuler le point quelques secondes encore.
Creux du menton : Excuse moi … Continuez à stimuler le point quelques secondes encore.
Clavicule : Je te demande pardon … Continuez à stimuler le point quelques secondes encore.
Sous le bras : Merci … Continuez à stimuler le point quelques secondes encore.
Dessus de la tête : Je t’aime … Continuez à stimuler le point quelques secondes encore.

Prendre une respiration profonde et répéter au besoin.

Couleur et feng shui

Avant tout travail de feng shui, c’est à dire de mise en circulation dans notre intérieur d’une énergie qui nous convienne, il est utile de préciser que les multiples gri-gri et autres talismans conseillés par les maîtres chinois découvreurs de cette démarche sont surtout excellents pour les Chinois ! Nous avons choisi une incarnation occidentale, tenons-nous en à notre environnement et surtout faisons confiance à notre goût et à nos envies.
En ce qui concerne la couleur qui va nous entourer, on peut en trouver les significations et influences dans les multiples publications au sujet de la pratique du feng shui. De la même manière que notre décoration est différente de la décoration chinoise, la lumière extérieure varie de Montréal à Madagascar et il faut tenir compte de son intensité pour trouver les couleurs qui vont interagir à l’intérieur de notre maison.
Le blanc et le bleu crus font merveille sous le soleil intense et le ciel bleu dur de la Grèce, ils seront froids et tranchants à Québec. Dans nos pays nordiques où la blancheur froide de la neige ou les ciels humides de la période estivale appellent des couleurs chaudes, il faut se méfier de trop de vibration de couleur même si des rouges et des oranges permettent de faire circuler l’énergie, le « Chi ». Les utiliser par taches (un meuble rouge, une nappe jaune soleil) est souvent préférable à des grandes surfaces éclatantes dont l’effet pourra même être contraire à l’ambiance recherchée.
La lumière entre différemment dans les pièces de la maison, suivant leur orientation et il faut aussi tenir compte de leur position dans le « ba gua » (je vous en parlerai plus tard). Prenons comme exemple une chambre de bébé : les couleurs pastel seront préférées à des couleurs primaires (que l’enfant, ayant grandi, choisira lui-même au moment de rénover sa chambre) car les tons pastel détiennent le plus haut taux vibratoire bénéfique au tout petit. Rien n’oblige à peindre en bleu les chambres des petits garçons et en rose celles des petites filles, une vert ou un jaune très doux feront aussi bien l’affaire, mais on comprend bien qu’un marron ou un rouge vif seront néfastes au repos du bébé. N’oublions pas que celui-ci va « dormir » dans la chambre de ses parents pendant toute sa gestation et parfois longtemps après sa naissance. La couleur de cette chambre devrait donc lui convenir autant qu’à ses parents : attention à trop de blanc ou de couleurs sombres, de même qu’au rangement et au choix judicieux de la décoration. Comme les odeurs raniment des souvenirs profondément enfouis, les couleurs qui auront environné le foetus, le nourrisson, vont conditionner ses goûts futurs, ses ressentis. Des parents avertis peuvent ainsi harmoniser leur environnement, en particulier celui de leur chambre et de la chambre du petit à venir et, pour cela, il leur faut s’y sentir bien eux-mêmes.
Changer la couleur d’une pièce va apporter un changement d’énergie en soi et autour de soi, soyons donc attentif à respecter notre attirance pour une ou plusieurs couleurs et à les disposer selon notre goût afin d’installer dans notre intérieur le bien-être auquel nous aspirons.

Pourquoi le feng shui ?

Au lien : « présentation », on peut trouver, sur ce site, une explication rapide de la démarche que j’initie avec les personnes voulant trouver leur « Harmonie Intérieure ».
Même s’il n’y a nulle obligation de suivre cette démarche au pied de la lettre, le choix appartenant toujours au patient, il m’est toujours agréable de commencer par une consultation en feng shui chez lui (elle).

Cela procède d’une approche nouvelle en développement personnel : on a intérêt à déposer les fardeaux portés par loyauté pour ses ancêtres, en faisant par exemple une constellation familiale, avant d’espérer une quelconque croissance personnelle qui s’installera ensuite au cours d’un cheminement auprès d’un ou de divers coaches et thérapeutes.

De la même manière, il est utile d’installer une énergie saine dans sa maison avant de chercher à mettre de l’ordre dans sa tête. Pourquoi devoir chercher à harmoniser, en premier lieu, son environnement ? Tout simplement parce que notre intérieur, comme on dit notre chez soi, est le reflet de ce qui s’est installé à l’intérieur de nous-même, au fil des ans. Imaginons faire un atelier pour apprendre à faire un thème numérologique, il faut être assez structuré pour travailler avec les nombres. Va t-on assimiler cet enseignement une fois rentré dans une maison en désordre, où tout s’accumule, où un miroir dans l’entrée fait ressortir aussitôt le « Chi », où une couleur rouge empêche d’installer le calme dans un secteur qui le réclame, etc… ?

Installer une énergie (le Chi) qui a toute liberté pour circuler chez soi est un préalable à toute installation d’une pensée claire, en construction. Ce Chi va énergiser les pièces en ordre, où la couleur du décor a un rôle à jouer, comme il va permettre à la pensée de mieux s’articuler et aux diverses thérapies d’avoir un impact plus rapide et plus nourrissant.